Les 5 questions à se poser pour écrire du contenu engageant


Rédaction de contenu web

 

 

Nombre de rédacteurs et rédactrices abandonnent leur(s) blog(s) après quelques mois d’activité par manque de visites, de partages ou de likes. L’erreur la plus fréquente est de se lancer tête baissée dans l’écriture, sans réfléchir à une véritable stratégie de contenu. Pour faire naître l’intérêt chez le lecteur, posez-vous les bonnes questions !

Au moment de taper les premières lignes d’un article pour votre blog personnel, votre blog d’entreprise ou encore le blog de votre client, vous vous lancez peut-être dans un monde qui vous est complètement inconnu. Ecrire sur le web est un métier, mais ce n’est pas pour autant sorcier. On vous rabâche peut-être sans cesse les règles fondamentales du SEO, mais qu’en est-il du contenu lui-même ? Après être avoir été scanné par les bots de Google, votre article sera lu par de véritables êtres humains. Il est donc essentiel de fournir un texte qualitatif et engageant. En définitive : l’article doit être pertinent, intéressant et doit donner envie d’être partagé. Pour ce faire, posez-vous les 5 questions clés suivantes :

 

1. Qu’est-ce que j’écris ?

Cette première question peut vous paraître stupide, pourtant c’est sûrement la plus importante. Si ce ne sont pas les idées de sujet qui manquent, il faut néanmoins veiller à ce que l’ensemble de vos articles suivent une trame cohérente. Définissez une ligne éditoriale avec des typologies d’articles.

Rien ne vous empêche de traiter de sujets variés, mais faites tout de même attention à ne pas partir dans tous les sens. Lorsque l’internaute arrive sur votre site ou votre blog, il doit très rapidement comprendre ce qu’il va y trouver. Fournissez-vous des guides pratiques, des conseils, des astuces sur un sujet précis ? Ou alors traitez-vous plutôt de l’actualité d’un certain secteur ? Ces réponses doivent directement transparaître à travers votre ligne éditoriale pour ne pas perdre le lecteur. Plus le champ de votre expertise sera clair, plus l’internaute aura tendance à trouver facilement ce qu’il cherche.

2. Pour qui je l’écris ?

On l’a dit, vous écrivez avant tout pour des personnes. Tout le monde s’accorde pour dire que les problématiques de SEO sont clés et que c’est un point essentiel à travailler. Cela dit, Google améliore constamment son algorithme et favorise de plus en plus le contenu qualitatif. En d’autres termes, le navigateur de recherche va préférer un contenu pensé pour l’être humain plutôt que celui optimisé pour le robot. Dans cette optique, vous devez réfléchir aux personnes qui constituent votre audience : qui sont-ils ? Qu’attendent-ils ? Quelles sont leurs problématiques ? Quelles sont leurs habitudes ? Que recherchent-ils sur votre site/blog ?

Une fois que vous avez répondu à ces questions, vous aurez une idée de ce que vous pourrez apporter concrètement à vos lecteurs. Votre contenu doit impérativement leur être utile. C’est pourquoi cette étape de réflexion et d’analyse est fondamentale. Ainsi, vous êtes sûr(e) de ne pas être complètement hors sujet.

3. Quel ton dois-je adopter ?

Maintenant que vous avez une idée de qui compose votre audience, vous saurez plus facilement comment vous adresser à celle-ci. Plusieurs possibilités peuvent être envisagées. Tout d’abord, il faudra choisir entre le vouvoiement et le tutoiement. Généralement, on préfère le vouvoiement pour donner un ton un peu plus sérieux et professionnel. Cela dit, si votre cible est jeune et que vous souhaitez adopter un style décalé, alors le tutoiement sera tout à fait légitime. Vous pouvez également choisir de ne pas vous adresser directement au lecteur.

Outre la manière dont vous allez “parler” à l’internaute, vous devez aussi établir une ligne directrice entre tous vos articles. Comment aborderez-vous les sujets que vous traiterez ? Misez-vous plutôt sur le sérieux, la pédagogie et l’expertise ou, au contraire, sur l’humour, l’originalité et la proximité ? Il est important de définir quelques mot-clés qui encadreront votre ligne éditoriale. Ainsi, vous êtes assuré(e) de ne pas vous perdre en route.

4. Quel format d’article dois-je choisir ?

Chaque format convient ou non à certains types d’audience et à certains tons. Avant de poser la question de la typologie d’article que vous écrirez, demandez-vous quel serait le nombre de mots idéal pour intéresser le lecteur et le garder attentif jusqu’au bout. Faut-il privilégier un format court ? Ou bien faut-il, au contraire, rentrer dans les détails, multiplier les exemples et les explications pour bien se faire comprendre ? Certains internautes ont tendance à aller de pages en pages, tout comme ils zapperaient devant leur télé, sans s’arrêter bien longtemps devant un article. En revanche, d’autres souhaitent aller au bout des choses et creuser au maximum un sujet bien précis.

Suivant la longueur de vos articles, vous pourrez choisir différents formats : un article conseils (comme celui-ci), un top de bonnes pratiques, une infographie, un dossier d’analyse exhaustif, une actualité courte, etc. En réalité, il en existe toute sorte et finalement rien ne vous empêche de créer votre propre format. Il est également utile de préciser que vous pouvez, bien évidemment, en sélectionner plusieurs afin de varier votre production de contenu.

5. Comment pousser le lecteur à s’engager ?

L’engagement se caractérise par une action que va réaliser le lecteur après avoir lu votre article. Cela peut être un partage sur les réseaux sociaux, l’envoi du lien à un ami, un like sur vos propres réseaux, etc. Pour qu’il réalise l’une de ces actions, il va falloir mettre en place tout ce dont on a parlé jusqu’à présent pour l’intéresser. Ensuite, on peut se concentrer sur quelques bonnes pratiques à adopter.

Aujourd’hui, l’authenticité du contenu a une véritable importance. De nombreux internautes sont en recherche d’un contenu plus humain. S’il est essentiel de laisser apparaître le nom de l’auteur de l’article, il est encore mieux de mettre sa photo, ainsi qu’un petit texte de présentation. Cela permet de montrer qu’il y a bien quelqu’un derrière tous ces mots. N’hésitez pas non plus à interpeller le lecteur, à lui poser des questions, à l’inclure dans votre contenu. S’il se sent impliqué, il sera plus à même de s’engager par la suite. Concernant la forme, visez l’efficacité. Cela ne sert à rien d’alourdir vos phrases juste pour faire joli. Allez droit au but, cherchez à donner envie. Osez les titres accrocheurs, mais veillez à ne pas tomber dans l’excès. Si votre titre fait certaines promesses et qu’elles ne sont finalement pas tenues, cela va poser problème. Enfin, n’hésitez pas à réaliser un audit de la concurrence. L’objectif ? Se démarquer et proposer autre chose.